Gagner-au-casino.net » Blackjack » Blackjack : astuces pour utiliser les autres joueurs

Blackjack : astuces pour utiliser les autres joueurs

Pour l'emporter au blackjack, un joueur peut, grâce à sa stratégie de base, choisir des options offrant de meilleures chances de victoire. Aussi, avant de décider de tirer une carte, faire un split, rester sur sa mise ou la doubler, il est souvent judicieux de faire une lecture rapide du jeu lorsque les autres joueurs ont la main. Cela permet par exemple d'utiliser leur tour pour réduire l'avantage du casino.

Pourquoi est-ce judicieux d'utiliser la main des autres joueurs ?

À moins d'être un joueur expérimenté, la plupart des participants à un jeu de blackjack ne savent pas utiliser leur tour pour réduire les chances du croupier de gagner. En effet, contrairement à d'autres jeux, le but au blackjack n'est pas spécifiquement de contrer les autres, mais surtout de diminuer l'avantage de la banque. Pour ce faire, le joueur peut décider par exemple de doubler sa mise ou séparer ses cartes. Malheureusement, certains hésitent devant ces options, car celles-ci nécessitent d'avancer plus d'argent. Toutefois, un bon joueur peut saisir ces occasions pour utiliser la main des autres joueurs, notamment dans les situations décrites ci-après.

Utiliser la main d'un joueur détenteur d'une paire dont la somme est élevée

Lorsqu'un joueur se retrouve à la première distribution du croupier avec deux cartes de même valeur, il peut être dans l'embarras s'il s'agit d'un chiffre élevé : 7, 8 ou encore 9. Cette situation est en effet favorable à la banque, car le risque est plus grand pour le joueur de dépasser le nombre 21 en tirant une carte supplémentaire. Le risque est d'autant plus considérable lorsque la carte ouverte du croupier affiche un petit chiffre : 3 ou 4. Généralement, il convient de faire un splitt pour s'extirper de cette posture.

Toutefois, s'il hésite à le faire, vous pouvez exploiter sa main pour vous relancer, notamment si vous étiez dans une position peu avantageuse. Par exemple, si la somme de vos cartes est trop faible, 4 ou 5, vous gagnerez à avoir une des cartes de l'autre participant. Dans cette optique, il vous est possible de payer vous-même la mise à sa place pour être en possession d'une de ses cartes.

Payer la mise d'un joueur possédant une paire de valeur moindre

Dans la stratégie de base employée par un joueur au blackjack, celui-ci a la latitude de négocier une carte auprès du croupier, en l'occurrence lorsqu'il souhaite se défaire d'une carte en double. En particulier, s'il s'agit d'un petit chiffre, 2 ou 3, l'astuce idéale est de l'échanger à la banque contre une meilleure carte. Toutefois, cette tactique nécessite d'avancer la bonne quantité de jetons. Si éventuellement, ce participant se trouvait dans l'impossibilité de faire cet investissement, vous pouvez vous saisir de cette opportunité pour doubler votre tableau de jeu. Il vous suffit de payer sa mise. Vous vous retrouverez alors en possession de cette main séparée que vous pourrez négocier moyennant une carte qui joue en votre faveur.

S'associer à un autre joueur pour emporter une partie

Au blackjack, certaines situations de jeu équivalent à une plus grande probabilité de victoire. C'est le cas par exemple lorsqu'à l'issue de la répartition initiale, un joueur en arrive à détenir l'un des couples de cartes suivants : 7 et 4, 8 et 3 ou encore 9 et 2. Dans le même temps, la carte ouverte du croupier se révèle porteuse d'un petit nombre (4, 5 ou 6).

La démarche qui s'impose alors est automatiquement de doubler la mise, car la banque est en mauvaise posture. Toutefois, si vous remarquez une hésitation chez ce joueur, vous avez l'option de vous associer à lui. Offrez-lui de payer la somme inhérente au doublage. Mieux, pour effacer définitivement ses craintes, proposez-lui aussi de lui rembourser sa mise si le risque que vous lui suggérez de courir ne se révélait pas gagnant.

Cette dernière circonstance est cependant peu probable, car l'expérience a montré que les chances de succès sont dès lors supérieures à 50 %.